Les éditeurs prédateurs avancent masqués

En 2017, je vous parlais des éditeurs prédateurs sur le très bon carnet Lab&Doc et vous donnais des pistes pour les reconnaître.

Récemment, des chercheurs d’ELICO, Equipe de recherche de Lyon en sciences de l’information et de la communication, ont publié un état de l’art critique des revues prédatrices:

Chérifa Boukacem-Zeghmouri, Sarah Rakotoary, Pascal Bador. La prédation dans le champ de la publication scientifique : un objet de recherche révélateur des mutations de la communication scientifique ouverte. 2020. ⟨hal-02941731⟩

En guise de mise en bouche, voici le sommaire de cet article :

  • Qualifier et représenter la prédation
  • Une « morphologie » de la prédation
  • Fixer la définition de la revue prédatrice
  • Les listes de revues : un nouveau marché de la « démarcation »
  • Revues prédatrices : risques et mesures d’impact
  • Focus sur les “victimes”
  • Seniors et consentants
  • Conclusion : un objet de recherche à investir

Alors que la plupart des articles sur le sujet proposent surtout des définitions et des moyens de reconnaître les éditeurs prédateurs, celui-ci me semble intéressant pour son étude des victimes des ces éditeurs, loin du cliché du jeune chercheur inexpérimenté qui cherche à se faire connaître…

Alors prenez 5 minutes (bon, allez, 10 minutes) et allez jeter un œil à cette étude très instructive!

 

Cite this article as: Murielle Serlet, "Les éditeurs prédateurs avancent masqués," in À fond la doc !, 30/09/2020, https://afondladoc.hypotheses.org/182.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search