Deuxième Plan national pour la science ouverte

Déconfinons la science !!! Pardon, je m’emballe…

Le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation vient de publier son deuxième Plan national pour la science ouverte.

Deuxième Plan national pour la science ouverte

Le développement du numérique offre tous les outils pour développer un accès ouvert aux publications scientifiques, aux données de la recherche, au code source…Je vous laisse le soin de lire le document complet, disponible ici : https://www.ouvrirlascience.fr/wp-content/uploads/2021/06/Deuxieme-Plan-National-Science-Ouverte_2021-2024.pdf. Comme il ne fait que 32 pages, avec de belles illustrations, vous allez tous courir le lire ! Interro écrite dans 3 jours… 😉

Voici donc une synthèse des grands axes de ce plan…

« Généraliser l’accès ouvert aux publications »

L’accès ouvert doit devenir incontournable : publication sous licence ouverte bien sur les archives ouvertes institutionnelles comme HAL (voir à ce sujet https://labedoc.hypotheses.org/894). L’objectif est d’atteindre 100% des publications en accès ouvert en 2030.

Le deuxième Plan national pour la science ouverte souligne l’intérêt de :

– « généraliser l’obligation de publication en accès ouvert des articles et livres issus de recherches financées par appel à projets sur fonds publics »

– soutenir le modèle diamant, tel que le pratique, par exemple le Centre Mersenne pour les mathématiques.

– « favoriser le multilinguisme » par la traduction des publications, afin que les savoirs circulent mieux à l’international.

« Structurer, partager et ouvrir les données de la recherche »

Selon la loi pour une République Numérique de 2016, les données de la recherche doivent être ouvertes (quand cela est possible, bien entendu). Elles doivent aussi, progressivement, être structurées selon les principes FAIR.

La structure Recherche Data Gouv va être créée afin de proposer un accompagnement aux chercheurs et un entrepôt de données pluridisciplinaires. Cette plateforme offrira à terme une recherche fédérée sur les différents entrepôts de données publics.

« Ouvrir et promouvoir les codes sources produits par la recherche »

Le code source est « à la fois un outil, un résultat et un objet d’étude ». C’est un « enjeu majeur pour permettre la reproductibilité des résultats scientifiques et soutenir le partage et la création de connaissances ».

Le deuxième Plan national pour la science ouverte souligne l’intérêt de :

– « Valoriser et soutenir la diffusion sous licence libre des codes sources issus de recherches financées sur fonds publics

– « Mettre en valeur la production des codes sources »

– « Définir et promouvoir une politique ne matière de logiciels libres » : charte, recommandations auprès des financeurs, valoriser la production de logiciels en tant que contribution à la recherche…

« Transformer les pratiques pour faire de la science ouverte le principe par défaut »

Pour faire de la science ouverte la norme, il s’agit tout d’abord de faire évoluer le processus d’évaluation des chercheurs. Ainsi, par exemple, les référentiels de l’Hcéres devront inscrire et mettre en avant la science ouverte dans leurs référentiels.

De plus, l’éducation à la science ouverte devra être intégrée au parcours universitaire.

Bien sûr, tout cela s’inscrit dans une visée internationale : mise en pratique des standards de métadonnées, identifiants uniques (DOI, n°ORCID…), contribution à l’EOSC

 

 

Image mise en avant: Image par Free-Photos Pixabay

Cite this article as: Murielle Serlet, "Deuxième Plan national pour la science ouverte," in À fond la doc !, 07/07/2021, https://afondladoc.hypotheses.org/244.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search